Boys don’t cry – Les paroles – L’histoire

Peut-être certain d’entre vous ne le savent pas mais depuis le début d’année je prends des cours de chant et de jeu en groupe dans une école de musique sur Roubaix qui s’appelle l’ARA (Autour des Rythmes Actuels). J’ai toujours aimé chanter et je voulais acquérir plus de technique pour mieux maîtriser ma voix et sa justesse. Je ne suis vraiment pas déçu, c’est une super école, l’approche n’est pas académique mais très intéressante, notamment en ce qui concerne le jeu en groupe qui nous permet de jouer avec d’autres musiciens de notre niveau.

Depuis le début d’année donc nous avons appris 3 chansons :

  1. “Le Lion est mort ce soir”
  2. “Zombie” de The Cramberries
  3. “Un autre monde” de Téléphone

Demain nous commençons une nouvelle chanson et je voulais ici vous partager mon travail sur l’histoire de la chanson, sa signification.

La chanson en question est “Boys don’t cry” de The Cure

Voici le texte original sur le site avec quelques commentaires vis à vis de l’histoire derrière / du fond de la chanson :

Une traduction possible :

“Je te dirais désolé
Si je savais que ça te ramènerait
Mais je sais que
Je t’en ai déjà trop dit
Que j’ai été trop méchant

Je tente d’en rire tant bien qu’mal
Mes mensonges m’aide à oublier
Je tente d’en rire tant bien qu’mal
En cachant les larmes dans mes yeux
Parce que les mecs ne pleurent pas
Les mecs ne pleurent pas

Je m’agenouillerais à tes pieds
Te demanderais ton pardon
négocierais avec toi
Mais je sais qu’il est trop tard
Et qu’à présent il n’y a plus rien à faire

Donc je tente d’en rire tant bien qu’mal
Mes mensonges m’aide à oublier
Je tente d’en rire tant bien qu’mal
En cachant les larmes dans mes yeux
Parce que les mecs ne pleurent pas
Les mecs ne pleurent pas

Je te jurerais que je t’aimais
Si je pensais que cela te ferais rester
Mais je sais que c’est inutile
Que tu t’en ai
Déjà allé
J’ai mal jugé tes limites
Je suis allé trop loin
Te prenant pour acquise
Je pensais que tu avais plus besoin de moi
Maintenant je ferais n’importe quoi
Pour te faire revenir à mes côtés

Mais je continue juste de rire
En cachant les larmes dans mes yeux
Parce que les mecs ne pleurent pas
Les mecs ne pleurent pas”

Version remasterisée de 1988, avec plus de punch et le :

Première version acapella de la chanson :

Seconde version acapella :

De mon point de vue, le chanteur est prisonnier d’un rôle qu’il a endossé, qui est celui de la normalité hétérosexuelle. L’homme est celui qui brime, le mâle fait mal, celui qui opprime. Regardez comme l’expression “sous le joug du mari” est parfois utilisée par exemple. Cette saleté de fierté à la con qui nous empêche de pleurer ? Un con de mec ça pleure pas, un homme un vrai ça pleure. Enfin moi je pense.
Par ailleurs, le clip de la version remasterisée donne à penser qu’il y a un formatage de la masculinité dès le plus jeune âge non ?

Journal #1

Putain de vie, putain de combat, j’ai perdu ma tante aujourd’hui. C’était “prévu” mais bon si je suis un peu pas là, tu sauras pourquoi, me demande pas si ça va.
Je traîne sur les réseaux sociaux depuis pour me saouler de vie, mais c’est la mort ces réseaux sociaux, enfin c’est surtout chez moi un isolement, un repli sur moi-même et une façon de me disperser, de me perdre, comme une drogue qui te déconnecte . Je devrais organiser cette activité de manière à la limiter dans le temps, c’est dangereux pour moi, du moins j’ai l’impression que ça me déprime plutôt qu’autre chose. Je vais me remettre à écrire plus ici. C’est plus sain je pense. Je vais d’ailleurs reprendre le design et choisir un nouveau nom de domaine, du genre decamps.laurent.fr, original non ? Ou alors j’en fais deux un plus pro et un perso plutôt incognito. Ouais je vais faire ça !

Allez je me reprends, je déménage bientôt, j’ai plein de chose à faire pour rebondir, reprendre le contrôle et sublimer ma vie. Allez à l’attaque !!!!! YEAH !

A bientôt !

La dissonance cognitive et Mr Robot

La dissonance cognitive, j’ai découvert cette expression lorsque je me suis demandé comment peut-on ne pas voir la souffrance animale, comment ne peut-on pas deviner qu’il y a quelque chose de mal à manger de la viande, que c’est manger un cadavre d’animal. On sait pertinament qu’en décrivant un abattage, on perds appétit ? C’est incohérent.

Cette expression issue de la psychologie sociale, je l’ai découverte la première fois au travers de cette vidéo :

J’y ai pensé à nouveau récemment en revoyant cette vidéo extraite de la série Monsieur Robot.

Savoir que quelque chose va mal et se cacher la vérité, se mettre des œillères pour continuer à vivre, pour pas en avoir la nausée. Je me bats contre elle tous les jours, du moins j’essaie. (remarque : un passage d’une super série comme celle-là me rappelle celui de Fight Club pas toi ? (si tu l’as pas vu tu sors)) Parce qu’au fond des dissonances cognitives, il y a pas mal, non ? Croire que ma façon de consommer, de gaspiller ou plutôt de ne pas recycler au maximum ou de tendre vers moins de déchets comme certains le font déjà n’a pas d’impact. Ces efforts ne sont pas difficiles au fond. Mais je reste planté là. “La vie ne m’apprend rien” de Balavoine. C’est aussi la thématique de “Vivre ou survivre” aussi, non ? Vivre c’est quoi ? C’est profiter ? C’est agir ?

Tous les jours, j’ai envie de vomir, envie de me dire pourquoi ? Pour quoi ? Pourquoi moi j’ai cette vie, pourquoi je mérite d’être un occidental, un putain de consommateur qui n’a au fond que ça à foutre ? Parfois je me demande si je peux pas crever un peu pour me sentir plus vivant. Tu crois que c’est possible ? Je me sens tellement moulé à ce que l’on veut que je sois.
 
Tout à l’heure je pensais à cette dissonance cognitive qui fait que je peux vivre aujourd’hui en sachant que demain, un jour je vais mourir et laisser ce monde plus pourri pour mon enfant que mes parents ne me l’ont laissé. Tout ça parce que je n’aurais pas su me dire autre chose que “c’est comme ça”. Je repense à quelqu’un qui m’avait dit quelque chose du genre “les gens savent mais s’en foutent, il continueront à consommer”. Non franchement je pense pas justement, les gens sont formatés pour accepter les mensonges du marketing mais scandales après scandales, moi j’ose espérer que de plus en plus de gens se rendent compte qu’on les prends pour des putains de moutons, des putains de cons. Et le “c’est comme ça t’y peut rien” je t’en prie garde le pour toi, il m’intéresse pas. Des actions sont possibles, on peut tous agir à notre niveau, on peut leur dire d’aller se faire voir, on peut aujourd’hui parce qu’en plus qu’avant on sait de plus en plus vite et de mieux en mieux grâce au web.
 
Vouloir faire un débat sur Facebook c’est illusoire alors je vous propose de répondre sur mon blog perso, j’y ai remis ce texte avec cette vidéo. Ça va me faire du bien d’y écrire. Il se passe de plus en plus de chose terribles, mais j’ai envie de positiver et j’ai envie de partager mes réflexions avec vous.  N’hésites pas à mettre un commentaire et si d’ailleurs tu veux t’en faire un aussi de blog pour discuter vraiment et arrêter de donner gratuitement à Facebook des informations sur toi qu’il revend à des annonceurs (A lire sur le sujet pour: https://www.laquadrature.net/fr/si-vous-etes-le-produit), c’est avec plaisir que je t’aiderais à en faire un. Ça coûte un peu d’argent, pas forcément beaucoup mais je pense que ça vaut le coup de reprendre un peu le contrôle de sa vie numérique non ?